Les premiers pas de la Police Judiciaire Française

Les premiers pas de la Police Judiciaire Française

1907. Georges Clémenceau, alors ministre de l’Intérieur ET président du Conseil (Premier ministre) découvre avec stupéfaction le nombre écrasant d’affaires criminelles non élucidées en 1906. La police nationale française n’est pas véritablement structurée, et la délinquance dispose de moyens motorisés et d’une bonne maîtrise du territoire qui lui assure l’impunité.

S’il a le pouvoir, de par sa position, de faire adopter les lois qui lui permettront de donner de nouveaux moyens financiers et humains à l’institution policière, c’est un autre personnage qui vient réformer en profondeur l’organisation policière. Célestin Hennion, issu des brigades de chemins de fer et grand spécialiste de la sûreté des personnes, va mettre en place des mesures décisives. De son côté, Louis Lépine, préfet de la Seine, a déjà réformé son territoire.

C’est une époque charnière, où tout reste à construire, et où la France accuse une montée en puissance des mouvements sociaux et féministes.

Dans cette revue, vous découvrirez:

L’état exact de la Police nationale française au début du XXème siècle

  • Fonctionnement et répartition géographique
  • Moyens humains et matériels exacts
  • La criminalité et son évolution
  • Les grands hommes de la réforme et leurs innovations
  • Le début des rivalités territoriales

L’évolution des idées

  • Une époque charnière: de la chute du second Empire aux balbutiements d’une République mal établie
  • Les grands débats contre le colonialisme
  • La remise en question des coutumes des grandes familles aristocratiques

Le grand paradoxe de la Belle Epoque: un contexte social chahuté.

  • Les écarts sociaux grandissants
  • Les grèves et mouvements de fonctionnaires, la révolte des vignerons
  • L’évolution des femmes, de leurs droits, leur lutte pour plus de liberté et la maîtrise de leur corps